Réalisateur

Motion designer

VFX artist

Photographe

VACHER

Voir le film entier sur le site de France 5.

RÊVES AVEUGLES

Réalisation :  Claire Judrin / Image : Fabrice Vacher / Musique : Pierre Vidalie / Son : Philippe Genty / Montage : Sophie Vincendeau

Production : Bleu Kristal Media

Diffusion : France 5

Soutien : CNC, UNADEV

Année : 2014

 

Voir le film entier sur le site de France 5 (disponible en mars 2014).

 

Denise a perdu la vue mais n’a jamais perdu la sensation des couleurs. Dans ses rêves, les nuits sont étoilées et la pleine lune éclaire sa Martinique natale comme en plein jour. Marine, aveugle depuis sept ans, a eu peur de perdre la mémoire visuelle. Grâce à ses rêves, peuplés de visages, de lieux et de décors d’une précision sans fin, son imaginaire de la réalité s’étoffe de jour en jour. Lucette, aveugle de naissance, confinée à l’enclos d’une institution religieuse jusqu’à la cinquantaine, passe ses nuits à rêver qu’elle est mère, qu’elle touche, embrasse et respire de petits enfants bien nourris. Maura, passée du flou à la cécité à l’âge de dix ans, s’inspire des images mentales élaborées dans ses rêves et consignées au petit matin, pour composer sa musique.

Denise, Marine, Lucette, Maura…quatre existences, quatre récits, entre vie onirique et réalité. Au fil de leurs témoignages, le rêve apparaît comme un élément moteur de leur existence, une ouverture sur le monde visuel, un univers des possibles à parcourir à folles enjambées, un espace où transcender le handicap. En contrepoint, le psychanalyste Samuel Lepastier et la neurologue Isabelle Arnulf posent les bases d’une réflexion scientifique sur les rêves des déficients visuels, un sujet encore très peu exploré, riche de promesses d’étonnements et de découvertes.

 

 

 haut de page

Claire Judrin et Fabrice vacher étaient invités sur France Inter dans l'Humeur vagabonde pour Métamorphose d'une mélodie. Écouter le Podcast.

Socalled et Muriel étaient invités sur la matinale de Radio Nova pour parler de Métamorphose d'une mélodie. Écouter le Podcast.

MÉTAMORPHOSE D'UNE MÉLODIE

Réalisation :  Claire Judrin et Fabrice Vacher

Production : AB Productions

Diffusion : Toute l'histoire

Soutien : CNC, Mission ethnologie (Direction générale des patrimoines), PROCIREP

Année : 2013

En cours de postproduction

 

En France, les descendants des familles juives venues d'Europe de l'Est ne possèdent plus que quelques bribes de Yiddish. Partant de la non transmission de cette langue, nos personnages - témoins et universitaires - interrogent les notions d'intégration et d'identité. Comment sauver une culture minoritaire de la disparition tout en échappant au repli communautaire ?

Au Canada, Socalled, musicien et inventeur du "hip hop yiddish",  sample de vieux vinyls yiddish sauvés du rebut. Il est à la fois l'un des personnages et le compositeur de la bande originale du film. Sa musique incarne une identité en perpétuelle évolution, se transformant au gré des mouvements migratoires, à l'opposé d'une identité immuable et figée. La "métamorphose d'une mélodie" qu'il propose accompagne la métamorphose de chacun des témoins, le récit de leur cheminement face à cette rupture de la transmission, ce manque essentiel qui à la fois les constitue et les entrave.

 

 haut de page

CLUB BIGOUDIS

Réalisation :  Claire Judrin et Fabrice Vacher

Production : Dynamo Productions

Diffusion : Telessonne

Soutien : CNC (COSIP sélectif), PROCIREP/ANGOA

Durée : 52m

Année : 2007

2008 : Festival du Documentaire social de Colombelles

2008 : Mois du Film Documentaire - Maison Alfort

Catalogue du Forum des Images (Paris)

Catalogue de l'ADAV

Le Club du Doc (Lussasdoc.org / Ardèche Image)

 

Tourné sur une année, Club Bigoudis narre le quotidien tendre et touchant de ce petit salon parisien, situé dans le 18ème arrondissement.  Des rushs de Club Bigoudis ont été diffusés lors de l'exposition Coiffure pour Dame du photographe Fabrice Guyot et de la journaliste Claire Judrin, à la galerie de la librairie Artazar (2007) et à la FNAC Lyon-Bellecourt (2012) .

 

 

 haut de page

Il y a en chacun de nous le rêve d’une possibilité de choisir nos voisins comme on choisit ses amis, de faire une ville avec ce qui nous arrange et à l’exclusion de ce qui dérange. La force de la ville, jusqu’à présent du moins, était d’opposer à cet idéal la réalité de la société, de nous imposer l’épreuve de l’autre, dans le conflit comme dans la solidarité. Les communautés fermées […]  révèlent une ville qui n’oppose plus la moindre résistance au refus de l’autre, à la peur qu’il inspire. Nous pouvons faire société tout seul, en nous appariant avec les seules catégories d’individus qui nous conviennent.

 

Jacques Donzelot, « La nouvelle question urbaine » in revue « Esprit », 1999

 

AVENUE JENNY

Réalisation :  Fabrice Vacher

Production : Dynamo Productions

Diffusion : Voi Sénart / TV5MONDE

Soutien : CNC (COSIP sélectif), Ministère des affaires étrangères, PROCIREP/ANGOA

Durée : 52m

Année : 2005

2011 : Mois du film documentaire de Châtenay-Malabry

2010 : Mois du film documentaire de Villeurbanne

2006 : Festival du Documentaire social de Colombelles

2006 : Festival Image de ville - Aix en Provence

Catalogue du Forum des Images (Paris)

Catalogue de l'ADAV

Le Club du Doc (Lussasdoc.org / Ardèche Image)

 

DVD en vente à La Procure

 

Non loin de La Défense et de ses buildings, entre Courbevoie et Nanterre, l’Avenue Jenny offre un spectacle étonnant: une résidence huppée et toute neuve fait face à un quartier pavillonnaire à moitié délabré et squatté. Depuis quelques temps deux populations que tout oppose se retrouvent collées l’une à l’autre...

Avenue Jenny est destiné au grand public et aux spécialistes (travailleur social, urbaniste, architecte, sociologue, ethnologue). Des parcours de vie émouvants et des échanges entre habitants du quartier rythment les interviews de Frédéric Dufaux (géographe à Paris X) et Bernard Lamy (urbaniste conseiller). Le film cherche à montrer le lien entre territoire urbain et culture en abordant les notions de solidarité, d'individualisme, de confort, de modernité et de cohérence sociale.

LE JARDIN STERN

Réalisation :  Claire Judrin et Fabrice Vacher

Durée 26m

Année : 2008

 

Ce jardin fut réalisé par Jean Claude Nicolas Forestier, en 1927 à la demande d'Alice Stern. Mademoiselle Stern étant handicapée, elle lui demanda de remodeler ce jardin en pente sur la colline de Saint-Cloud en un jardin horizontal, suspendu, dans lequel elle pourrait circuler aisément dans son fauteuil roulant. La roseraie fut donc gagnée sur le vide, profitant d'une vue magnifique sur tout Paris. L'allée de tilleuls fut orientée dans l'axe de la Tour Eiffel. Il existe encore de beaux arbres : cèdres, charmes, fillaires, sephoras. Ce jardin faisait partie de l'ancien parc du château de Montretout. Le jardin conserve la plupart des éléments dessinés par Jean Claude Nicolas Forestier : terrasse, dallage, pergola, jardin de buis, potager. Le rapport entre le paysage, les cônes de vision et en général la vue sur Paris, malgré l'urbanisme environnant sont magnifiquement préservés. Depuis septembre 2006 ce jardin est inscrit au titre des Monuments Historiques. Il est agrée par les associations : la Demeure Historique et les Vieilles Maisons Françaises. Les copropriétaires actuels s'efforcent de conserver et restaurer l’œuvre de Forestier.

 

 haut de page